Du 28 septembre au 1er octobre prochain, Le Grand Large accueillera le 51ème Congrès de l’illusion ainsi que le Championnat de France de Magie FFAP (Fédération Française des Artistes Prestidigitateurs)

Au programme de ces 4 journées : de nombreux artistes, conférences, soirées, ateliers… dans un cadre exceptionnel.

Le Congrès de la Fédération Française des Artistes Prestidigitateurs, appelé « Congrès Français de l’Illusion », est l’événement incontournable des magiciens en France. Réunissant plus de 700 illusionnistes, il a lieu chaque année dans une ville différente  en partenariat d’une association régionale FFAP et cette année à saint-Malo.

Pendant ce congrès aura également lieu le Championnat de France de Magie, le grand gagnant se verra décerner le titre de « Champion de France de Magie ».

L’accès aux Championnats de France se fait soit par sélection directe en gagnant l’un des concours régionaux que la FFAP organise chaque année.

Informations et inscriptions ici

 

 

Le 7 juillet à Saint-Malo, la Métropole French Tech Rennes Saint Malo et Digital Saint-Malo, ouvre sa plus belle plage pour la 2e édition de « Startup on the beach », un événement de rencontre atypique entre investisseurs et startups, où c’est aussi au tour des VCs de pitcher… « avec prestigieuse vue sur mer » !

Une quarantaine d’investisseurs, principalement venus de Paris (Partech Ventures, Idinvest, Newfund,…) mais aussi du Grand Ouest (Go Capital, Nestadio Capital, Breizh Up,…), est attendue pour rencontrer 50 startups locales parmis les plus prometteuses, dont 80% de nouvelles venues.

Sélectionnées et coachées par le réseau d’accélérateurs / incubateurs du territoire, les startups disposeront de 10 minutes pour convaincre que leur projet mérite l’attention des VC et business angels présents.

Les investisseurs ont la possibilité de présenter aux startups leur activité et les critères qui orientent leurs choix d’investissements, exercice plutôt atypique dans ce type de rencontre.

« Cet événement s’inscrit typiquement dans la culture French Tech où une certaine décontraction est au service de l’efficacité, complète Pierre Berthou, président du directoire de La French Tech Rennes St Malo. Dans l’activité des startupers comme dans celle des investisseurs, le gain de temps est un facteur clé de succès ».

Parmi les startups sélectionnées on retrouve : Avipublik (plateforme de recommandation sur les marchés publics), Dazzl (application de vidéo live collaborative, pour les médias notamment), Dulo (personnalisation de villas de designer), Lamane (anonymisation pour le big data), OneWave (carte universelle connectée), Tech4Race (suivi de sportifs en temps réel), UrbanFarm (conception de fermes urbaines), WaryMe (gestion d’alertes SOS sur smartphone) ou Woleet (ancrage de données en bitcoin).

 

 

Après 30 ans d’antenne aux commandes de l’émission Thalassa, Georges Pernoud rend son tablier. C’est à Saint-Malo qu’il a tenu à tourner sa dernière, qui sera diffusée ce vendredi sur France 3 à 20h55.

 

Thalassa bientôt sans Pernoud

Thalassa sans Georges Pernoud, c’est un peu comme d’imaginer une pizza sans morazelle. Pourtant, c’est ce qui attend les amateurs de l’une des plus anciennes émissions du paysage audiovisuel français après la dernière de Pernoud à l’antenne, ce vendredi 30 juin 2017.

Un peu d’histoire

Longtemps hebdomadaire, c’était le grand rendez-vous du vendredi soir sur France 3. Depuis la rentrée 2016, France 3 diffusait « Thalassa » une fois par mois (contre trois fois auparavant). La toute première diffusion de l’émission remonte au 27 septembre 1975. C’est Georges Pernoud lui-même, qui l’avait créée et animée depuis 1980 : 42 saisons ont ainsi vu le jour depuis sa création.

Sur le départ

Georges Pernoud, 69 ans, également le créateur de l’émission « Faut pas rêver » finalise son départ et a d’autres projets de télévision, semble-t-il. Mais avant de quitter le navire, c’est à Saint-Malo qu’avec son équipe, il a décidé de tourner sa dernière émission.

60 sujets sur Saint-Malo en 42 saisons

Thalassa avait tourné 15 émissions depuis Saint-Malo au cours de ce long cycle de 42 saisons, et réalisé 60 sujets sur la cité corsaire. « On vient souvent par ici, on s’est fait des amis… On va souvent au Yacht Club, et à l’Univers également ! », sourit l’animateur en évoquant ses habitudes. Le choix de Saint-Malo a été « une évidence » pour le dernier tournage, a expliqué le réalisateur de l’émission.

La dernière

L’équipe a ainsi commencé son tournage le 13 juin non loin de la statue de Surcouf, puis au Grand Bé, et en soirée sur la plage à marée basse. « C’était une évidence parce que Saint-Malo est une ville d’aventuriers, tournée vers la mer », ajoute encore le réalisateur de l’émission.

Thalassa à Saint-Malo : les coulisses de la dernière émission de Georges Pernoud

Ses souvenirs malouins

De son côté, Georges Pernoud se souviendra de toutes les Routes du Rhum, puisqu’il les a toutes couvertes. « Je ne les couvrirai plus, mais je suis sûr qu’on m’invitera encore ! », lance-t-il, bonhomme. Mais l’un de ses souvenirs marquants est plus inattendu : il s’agit du spectacle de François Morel, à la Maison des Poètes, Meuh !, lors d’un passage pendant Etonnants Voyageurs. « C’est le dernier truc que j’ai vu à Saint-Malo ». Et incontestablement, il trouve Saint-Malo « étonnant », « parce qu’il y a de quoi s’amuser, pour le Parisien que je suis ». Un Parisien qui ne dirait pas non à l’idée de s’installer dans le coin : « Peut-être, peut-être… »

Comment va-t-il tourner la page de Thalassa

« Ça va prendre du temps, évidemment » ; Pour lors, les souvenirs lui reviennent en masse, évidemment. Et ce qui semble le combler, c’est le travail qu’il vient d’accomplir au fil des derniers mois, « beaucoup de sujets sur l’écologie ». « On a travaillé pendant trois ans et demi sur le Tara aux côtés du chef d’expédition Romain Troublé dont le père a fait l’América. Et ce grâce à Agnès B, ce qui m’a donné l’occasion de la connaître, c’est une femme extraordinaire », confie-t-il..

 

Cf article du Pays Malouin

 

En 2017, nous avons le plaisir d’accueillir 3 congrès organisés par la Fédération CGT DES CHEMINOTS et l’ONCF.

Laurent Latouche, membre de l’équipe d’organisation revient sur les 2 congrès passés :

Le 43ème Congrès FÉDÉRAL CGT DES CHEMINOTS, du 17 au 20 janvier, qui a réuni près de 900 personnes sur 4 jours ainsi que le 20ème Congrès de l’Orphelinat National des Chemins de Fer de France qui s’est déroulé du 22 au 24 mars et a, quant à lui, réuni plus de 300 personnes sur 3 jours.

Comment choisissez-vous le lieu pour vos congrès ?

« Tout d’abord c’est un choix géographique, on choisit une région, puis on prospecte différents Palais avec 3 points principaux : la structure, la restauration et l’hôtellerie. Ensuite on fait une sélection puis un choix en fonction de ces différents éléments. » nous rapporte Monsieur Latouche.

Pourquoi Saint-Malo ?

« Nous avons choisi Saint-Malo, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, la situation du Palais par rapport à la ville qui est un réel atout, à la fois au centre-ville, au bord de mer, proche des commerces et des hôtels. En règle générale, les lieux de congrès sont excentrés, loin de tout. Autre raison, l’accueil de l’équipe, nous avons été très bien accueilli. Pour finir, l’hôtellerie qui nous a permis d’avoir des tarifs compétitifs. » nous indique Monsieur Latouche.

Le Palais des Congrès de Saint-Malo a su répondre aux attentes et aux besoins de cet organisateur, « Le Grand Large est dimensionné à nos 3 congres, les espaces sont adaptés à nos besoins. De plus, nous avons toujours les mêmes interlocuteurs, disponibles et qui savent répondre à toutes nos problématiques, c’est un réel plus dans l’organisation de nos congrès. »

« C’est avec plaisir que nous recommanderons Le Grand Large à d’autres organisateurs, d’ailleurs, nous avons déjà commencé, notamment par rapport à la qualité de l’accueil, la qualité de l’infrastructure mais aussi l’accueil dans la ville, les restaurants, hôtels etc nous avons eu de très bon retours et souvenirs. » ajoute-t-il.

Et l’environnement autour du Palais qu’en avez-vous pensé ?

« Le site de Saint-Malo aide à la réussite du Congrès a une hauteur de 20% je dirais, notamment le fait d’être vue sur mer. Nous avons toujours des retours très positifs de la part des congressistes, les images ont marqué. Ici c’est vrai que les gens peuvent aller se balader et puis comme le soleil est toujours au rendez-vous c’est parfait, en janvier en mars… nous ne pouvons pas rêver mieux ! » s’amuse Monsieur Latouche.

« Cependant, pour nous le cadre, bien qu’il soit magnifique, n’est pas un élément de décision à proprement parlé mais au moment du retour c’est un réel point fort ! »

 

L’ACSES, Association des chargés de sécurité en établissement de soins, a pour but de regrouper et d’informer l’ensemble des professionnels concernés de près ou de loin par les obligations de sécurité dans les établissements de soins et médico-sociaux des réglementations en vigueur et de partager les solutions aux problèmes de toute nature liés à la sécurité.

Alain Secoué, Président National de cette association et Responsable Sécurité de l’établissement hospitalier de Chauny participe à l’organisation de ces journées depuis maintenant plusieurs années.
Nous l’avons interviewé à l’issue de son congrès.

Pourquoi Saint-Malo ?
« Il est important pour nous de se déplacer sur le territoire, c’est une association Nationale, nous avons des adhérents partout en France. » indique Mr Secoué. L’Association est née à Dunkerque il y a 24 ans, ces journées d’Etude ont su grandir au fur et à mesure, elles ont commencé par avoir lieu dans des établissements hospitaliers puis dans des Centres de Congrès.
La Bretagne n’avait pas encore accueilli ces Journées. Saint-Malo s’est imposée naturellement aux organisateurs pour son cadre exceptionnel.
La situation du Palais des Congrès au coeur de la ville et face à la mer est une vraie valeur ajoutée. « Quand on est dans les salles, on a l’impression d‘être sur la plage. Cela permet aux organisateurs et participants de joindre l’utile à l’agréable, c’est un véritable atout » ajoute Mr Secoué.
Cet événement ayant lieu depuis plus de 20 ans, les organisateurs ont pu noter qu’il y a un lien entre l’attractivité du lieu où se déroule le congrès et la participation plus ou moins importante à celui-ci.
« En règle générale, le nombre de participants reste relativement stable. Cependant, cette année nous avons eu 25 à 30 personnes de plus que l’an dernier, on peut mettre ça sur le plan de l’attrait touristique mais c’est sans doute aussi lié au programme. En effet, cette année celui-ci collait complétement à l’actualité et était essentiellement axé sur la sécurisation des établissements de soins, non seulement pour se prémunir contre le risque d’attentat mais aussi contre la malveillance. Pour cette édition, nous étions 260 avec les exposants. »

Et les critères de choix du lieu, quels étaient-ils ?

« Tout d’abord la dimension logistique : il nous fallait un lieu en capacité à accueillir notre événement. La situation et l’accès entrent aussi dans les critères de sélection. Enfin, le choix de la Bretagne où nous n’étions encore jamais allés. »
« Les participants venant de la France entière y compris d’Outre-Mer, il fallait un lieu qui soit accessible et Saint-Malo n’a posé aucun problème en ce sens, aucune difficulté n’a été rencontrée. » rajoute-il.
Les aspects logistiques, le cadre, la situation et l’accessibilité ont donc été de véritables critères de choix pour ce congrès, mais pas uniquement. En effet, la capacité à proposer différents lieux pour des excursions et activités annexes pour les accompagnants a également permis à Saint-Malo d’être choisi pour l’édition 2017.

Et cette édition qu’en retiendrez-vous ?

Le savoir-faire de l’équipe : « Rien à dire concernant l’équipe, nous avons été superbement accompagné ! Honnêtement j’ai rarement vu un accompagnement aussi précis, avec quelque chose
de très bien huilé, il y a toujours le personnel qu’il faut, là où il le faut. Nous avons pu faire des points sur l’organisation avant pour que tout soit bien calé, c’est un point fort. Je recommanderai avec plaisir le Palais, c’est hyper agréable, le centre de congrès est à taille humaine, organisation parfaite, les gens étaient tous émerveillés, c’est un centre à conseiller ! » s’enthousiasme Mr Secoué.

 

La bande dessinée sera en fête à Saint-Malo, du 27 au 29 octobre. Pour cette 37e édition, c’est le Bretillien Michel Plessix, qui a aiguisé ses crayons pour créer l’affiche.

Local


Chaque année, le festival de la bande dessinée confie à un auteur le soin de créer l’affiche. C’est Michel Plessix, illustrateur au CV long comme une bibliothèque, qui s’est creusé les méninges cet hiver.
Et comme le rappelle l’artiste, l’exercice n’est pas si simple. « Il faut que cela se voie de loin, c’est une autre conception de ce qu’est une image. » Du côté des organisateurs, une seule ligne sur le cahier des charges : « Évoquer plus Saint-Malo que le Mont-Blanc. »
Né dans la Cité corsaire, c’était une contrainte délicieuse, pour cet homme qui vit, aujourd’hui, à Rennes. C’est la plage du Sillon et ses brise-lames qui l’ont inspiré. L’hermine du drapeau malouin s’en emmêle les crayons.

Symbole


La symbolique de cette carte blanche, c’est de donner la parole à un auteur. Le festival ajoute juste son coup de tampon, pour donner les informations principales.
Les dates sont arrêtées : ce sera du 27 au 29 octobre, en plein dans les vacances scolaires de la région. Les premiers contacts avec les scénaristes, les dessinateurs, les éditeurs sont déjà noués, et le plateau s’annonce riche avec 600 invités.
Le salon de la BD s’agrandira encore, et va atteindre les 4 300 m2. Après Angoulême, les Malouins caracolent largement en tête de ce type de manifestation, en France et en Europe.

Base


Les premières lignes du programme se dessinent. Quai des bulles s’appuie sur ses fondamentaux, avec des créations d’expositions, une trentaine de rencontres avec des auteurs, des animations et du cinéma.
Si le Palais du Grand Large et Quai St-Malo restent le coeur, les chemins de traverse sont nombreux dans les bars Intra-muros. L’équipe concocte aussi une série de rendez-vous à la Grande Passerelle.
Ce sera la 3e fois que la BD arrive jusqu’au pôle culturel, et l’objectif est d’être encore plus présent en octobre.

Jeune


Le héros de Uderzo aime Saint-Malo. Astérix revient, mais sous une forme originale. Il sera au coeur d’une exposition, à l’occasion du nouvel album qui va sortir quelques jours avant. Les organisateurs ont demandé à une dizaine d’artistes plasticiens de donner leur vision du personnage. C’est l’occasion d’un regard neuf. Et pour amener un peu de sang frais, l’équipe invite les amateurs à participer à son concours Jeunes Talents. Les artistes en herbe ont jusqu’au 10 septembre pour déposer leur dossier.

Préprogramme et règlement du concours sur quaidesbulles.com. Le site internet fera peau neuve le 15 juillet, avec une boutique en ligne, où la nouvelle affiche sera en vente.

Cf article Ouest France

Pendant 2 jours, Le Grand Large a eu le plaisir d’accueillir 3 manifestations en même temps grâce à ses 3 niveaux distincts.

 

Sur le niveau 0 et 1 : Le Congrès National SFERHE (Société Francophone d’Etudes et de Recherche sur les Handicaps de l’Enfance) associée pour cette édition au Réseau Breizh Paralysie Cérébrale et CDI (Cercle de documentation et d’Information pour la réadaptation des IMC). Pendant 2 jours, le sujet de « La paralysie cérébrale au fil du temps » est traité à travers de nombreuses sessions plénière dans notre Auditorium Chateaubriand ainsi qu’une exposition dans notre Salle du Grand Large avec 20 exposants. 450 participants sont attendus pendant ce congrès.

Voici quelques sujets abordés pendant ces 2 journées :

• Quelles sont les actualités et nouveautés dans la prise en charge de la paralysie cérébrale de l’enfance à l’âge adulte ?

• Quelles sont les évolutions dans les techniques de rééducation, les traitements et les thérapeutiques ?

• Où en est-on de la transition de l’enfance à l’âge adulte ?

• Les complications liées au vieillissement peuvent-elles être prévenues dès l’enfance ?

• Comment préparer l’enfant à sa vie d’adulte ?

Plus d’informations sur ce congrès ici

 

Sur le niveau 2 : EUROPEAN POULTRY GENETICS SYMPOSIUM : Symposium européen organisé par la World Poultry Science Association ayant pour mission d’encourager et de faciliter les relations entre les scientifiques et les divers secteurs de l’industrie aviaire.

Les thèmes abordés traitent de l’actualité sur la génétique des oiseaux d’élevage (la poule, la dinde, la pintade, le canard), toutes les espèces avicoles domestiques et utilisées en élevage.

ce symposium à pour objectif d’informer sur les données récentes et l’avancée de la recherche sur la génétique de ces espèces.

Ce Congrès Européen réuni 90 personnes pendant 3 jours et est ponctué de sessions plénière dans notre Amphithéâtre Maupertuis ainsi que de sessions posters dans notre Rotonde Surcouf, vue sur mer.

Plus d’informations sur ce congrès ici

 

 

Sur le niveau 3 : Congrès International ASTRONUM qui réunit chaque année, alternativement en France et aux Etats-Unis, une centaine de spécialistes de la modélisation numérique en astrophysique. Les thématiques abordées vont des plasmas spatiaux à la formation des galaxies en passant par la formation des étoiles et la turbulence du milieux interstellaire. Cette conférence est organisée conjointement par l’Université de l’Alabama et par la Maison de la Simulation (laboratoire commun au CEA, CNRS, INRIA et aux université de Paris-Sud et Versailles).

Cet événement se déroule sur 6 jours et se compose de plusieurs sessions plénière et posters dans notre Espace Lamennais, 480m² entièrement modulable et vue sur mer.

Plus d’informations sur ce congrès ici

Pour la première fois de leur existence, les JNI, Journées nationales d’infectiologie se déplace en Bretagne et plus précisément dans la Cité Corsaire de Saint-Malo.

Organisées par la Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française (SPILF) et le Collège des universitaires de Maladies Infectieuses et Tropicales (CMIT), ces journées rassemblent environ 1600 participants principalement experts et professionnels de santé impliqués dans la prise en charge des maladies infectieuses et tropicales pendant 3 jours.

Pendant ces journées, 25 exposants seront présents et plus de 300 posters affichés en face du Grand Large au Quai Saint-Malo.

40 sessions traitant de l’actualité sur les maladies infectieuses et tropicales rythmeront ces journées dans nos salles vue sur mer : Rotonde Jacques Cartier, Salle du Grand Large, Espace Lamennais mais également dans notre Auditorium Chateaubriand et notre Amphithéâtre Maupertuis ainsi que dans notre Salle Bouvet.

Le Professeur Christian Michelet, Président du Congrès et le Professeur Pierre Tattevin, Président du Comité Régional d’Organisation, sont tous deux Professeurs au CHU Pontchaillou de Rennes.

 

 

 

 

 

Pen Duick – OC Sport a annoncé aujourd’hui la date de départ de la prochaine Route du Rhum. Celle-ci s’élancera de Saint-Malo le 4 novembre 2018 .

La destination ? Pointe à Pitre en Guadeloupe évidemment.

Cette célébre transat qui a lieu tous les 4 ans fêtera cette année son 40ème anniversaire.

La transat accueille  sur la même ligne de départ les skippers professionnels et les amateurs. Le temps d’un face à face avec l’océan où l’intensité de la course se mêle à la richesse de l’aventure humaine, elle met des visages anonymes et des grandes figures sur un même pied d’égalité. De quoi écrire parmi les plus belles pages de la course au large.

Le dimanche 4 novembre 2018, ils devraient être autour de 100 solitaires à s’élancer au large de Saint-Malo pour célébrer les 40 ans de l’épreuve. Fidèle à ses valeurs d’ouverture, la Route du Rhum-Destination Guadeloupe accueillera tous les voiliers à partir de 39 pieds. Petite nouveauté pour cette édition anniversaire, les concurrents se répartiront en six classes, contre cinq en 2014. Les Ultimes et leurs têtes d’affiches seront bien évidemment présents à Saint-Malo, tout comme les IMOCA et leurs skippers tourdumondistes, ou encore les Class40 offrant ce savoureux mélange de coureurs professionnels et d’amateurs. A ces trois catégories répondant à des règles de classe strictes ou défiant toutes les dimensions, il faudra désormais en rajouter deux sans lesquelles l’épreuve ne serait pas ce qu’elle est. Ils étaient pour certains de la première édition, en 1978, à l’image des sisterships du petit trimaran jaune de Mike Birch, premier vainqueur. Autant dire qu’ils sont une part de l’Histoire de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe et qu’ils portent en eux l’essence même de cette « transat de la Liberté » voulue par Michel Etévenon. Les bateaux de la catégorie Rhum se diviseront désormais en deux familles, les multicoques d’un côté et les monocoques de l’autre, offrant aux amoureux de la course, à ceux qui s’y préparent comme on s’apprête pour un rendez-vous galant, des retrouvailles attendues tous les quatre ans

ULTIME Multicoques LHT ≥ 60 pieds sans limitation de taille

MULTI50 Multicoques en conformité avec les règles Multi50

IMOCA Monocoques en conformité avec les règles IMOCA

CLASS40 Monocoques en conformité avec les règles Class40

RHUM Multicoques LHT ≥ 39 pieds et < 60 pieds et ne pouvant entrer dans une classe définie ci-dessus

RHUM Monocoques LHT ≥ 39 pieds et ne pouvant entrer dans une classe définie ci-dessus

Pour former une classe, il faut qu’elle compte au minimum 5 bateaux.

Site internet de La Route Du Rhum

Quelques photos des éditions passées ci-dessous :

 

 

Avec plus de 100 manifestations organisées par an, accueillant 120 000 visiteurs dont 40 000 congressistes Le Palais du Grand Large de Saint Malo est un acteur incontournable du tourisme d’affaires de Bretagne.

Stage – Durée de 6 mois – CHARGE(E) DE PROJET

MISSIONS :

Rattaché au Service Production, le/la stagiaire aura les missions suivantes :

 

Dans le cadre du stage : chacune des phases ci-dessus sera abordée pas à pas, le but étant que chacune d’elle ait été appréhendée en fin de stage.

MISSIONS :

Suivi du dossier jusqu’à la réalisation du projet :

Réalisation des devis et rédaction des documents contractuels : Utilisation de l’outil GPS (gestion du planning et des prestations).

Réunions préparatoires avec les organisateurs

Coordination des services internes : Accueil / Logistique / Régie / Centrale de réservation hôtelière et gestion de congrès…

Coordination des prestataires externes : Traiteurs / Prestataires techniques / Standiste / Animation / Transports / Excursions / Déco etc…

Gestion des expositions : Création de plans d’expositions et d’aménagement d’espaces sur logiciel Draftsight,

relations avec les exposants …

Élaboration de la Fiche technique de l’événement

Supervision sur le terrain

Établissement de la facture et du Compte d’exploitation

Dans le cadre du stage : chacune des phases ci-dessus sera abordée pas à pas, le but étant que chacune d’elle ait été appréhendée en fin de stage.

 

PROFIL :

Niveau Bac + 3 – Bac + 5

Ce stage s’adresse à une personne faisant preuve d’autonomie, de rigueur et ayant un sens de l’écoute développé. Dans l’idéal, une première expérience dans l’événementiel et/ou le tourisme serait appréciée.

Ce stage conviendra à une personne ayant la volonté de travailler en équipe, au sein d’une organisation délivrant en permanence un service-client d’un haut niveau de qualité.

 

Stage à partir de septembre 2017 pour une durée de 6 mois

Temps de travail hebdomadaire : 35h/ semaine

Poste basé à Saint Malo

Intitulé du stage : Chargé(e) de Projet

Candidatures (CV + lettre de motivation) à adresser à :

ablondel@legrandlarge-congres.com