La soixantième édition de la conférence sur la génétique du maïs s’est déroulée au Palais du Grand Large de Saint-Malo du 22 au 25 mars 2018. Cette conférence internationale a réuni 500 participants, chercheurs du monde académique et industriel, intéressés par les avancées récentes dans les domaines aussi divers que la biologie du développement et de la reproduction, la biologie computationnelle, la génétique quantitative et moléculaire avec la présentation de travaux fondamentaux sur la compréhension des mécanismes de l’évolution des génomes jusqu’à des travaux à visée appliquée en sélection tels que l’obtention de variétés de maïs plus économes en phosphore ou en eau.

La conférence a regroupé une majorité de chercheurs américains ainsi qu’une importante communauté de chercheurs européens et chinois. L’accent est mis sur d’importantes subventions pour la venue d’étudiants à différents stades de leur parcours universitaire. Le principal sponsor est la National Science Fundation américaine. Pour cette deuxième édition européenne, plusieurs entreprises de semenciers françaises, l’Institut National de Recherche Agronomique, et l’Agence Nationale pour la Recherche au travers du programme Investissements d’Avenir Amaizing ont aussi apporté un soutien financier important pour la tenue de cette conférence.

« Notre choix s’est assez rapidement porté sur la ville de Saint-Malo pour la richesse de son patrimoine historique et culturel, la situation exceptionnelle de son palais des congrès qui offre des vues imprenables sur le bord de mer et la vieille ville. Le palais est idéal pour l’accueil d’une conférence de cette taille car les espaces sont suffisamment limités pour insuffler une vraie convivialité très propice aux échanges, et en même temps suffisamment étendus pour créer différents lieux de rencontres, petites salles de réunions, salles intermédiaires de workshops, salons de discussion. Par ailleurs la configuration et la qualité technique du matériel de projection et de son sont excellentes. Enfin, les tarifs sont très compétitifs et l’accès depuis Paris aisé, avec la mise en service récente d’un TGV. » raconte Alain Charcosset, président de la conférence.

« Le contact avec l’équipe du Palais du Grand Large a immédiatement pris. Cette équipe a réalisé un travail exceptionnel de coordination et a répondu à tous nos besoins organisationnels (même ceux de dernière minute) avec une rigueur et une écoute très attentive avant et pendant la conférence. Elle a été d’excellent conseil sur nos demandes de prestataires extérieurs telles que le traiteur Pennarun, l’animation musicale assurée par le DJ Vincent Gaillard et une dégustation de vins et de fromages réalisée par l’École du Goût de Saint-Malo.

La conférence s’est ainsi parfaitement déroulée. Outre le contenu scientifique, les participants ont particulièrement apprécié l’intervention du groupe de musique traditionnelle Pao Bran,  qui nous a mené jusqu’à la salle de cocktail où l’on a pu admirer le soleil couchant sur la mer, avec une soirée qui s’est prolongée dans la Rotonde Jacques Cartier. Nous avons reçu de nombreux témoignages extrêmement enthousiastes à l’issue du congrès, celui-ci en particulier d’une collègue américaine : « It was the all-time best Maize meeting! Anyone who missed this year will forever regret it. Never in my memory have we had such nice arrangements!”. En bref, nous remercions très chaleureusement toute l’équipe du Palais du Grand Large, Sophie Fontaine et Aurélie Paris, pour leur accueil et leur professionnalisme, qui ont fait de cette conférence une belle réussite. » conclu Monsieur Charcosset.

 

 

Retour sur les 30 ans de l’Association  Psychologie et Vieillissement qui se sont déroulés les 16 et 17 novembre au Palais des Congrès de Saint-Malo avec le témoignage de Jeanne-Françoise Lebouc, organisatrice de ce congrès.

« Nous fêtions nos 30 ans d’existence et Le Palais du Grand Large a été l’écrin qui nous a permis de remporter un franc succès. Les participants ont été heureux de retrouver ou découvrir ce lieu qui donne une dimension particulière aux événements. En effet, réaliser un événement à Saint-Malo est plus aisé, agréable que dans d’autres villes, grâce à la configuration de la ville, la proximité du Palais, l’accès gare, les parkings, et l’hôtellerie. L’autre atout est la réputation de Saint-Malo à travers le pays et plus, il est incontestable que cette ville attire les participations et plus encore en basse saison pour les plus petits budgets, et moins de touristes.

Le confort, la vue sur mer, la fluidité des circulations, l’espace, la technologie et l’accueil mais aussi l’écoute et le professionnalisme de vos collaborateurs ont permis aux organisateurs d’être plus « libres » pour se centrer sur les interventions. Nos rencontres de préparation nous ont permis de savoir où on allait avec vous. Et le résultat en est la preuve.

Nous avons fait un beau congrès, les organisateurs sont heureux, les participants aussi. Nous réalisons au moins un événement par an, et recevons un public assez critique qui communique facilement son évaluation avec le questionnaire de satisfaction. »

 

 

En 2017, nous avons le plaisir d’accueillir 3 congrès organisés par la Fédération CGT DES CHEMINOTS et l’ONCF.

Laurent Latouche, membre de l’équipe d’organisation revient sur les 2 congrès passés :

Le 43ème Congrès FÉDÉRAL CGT DES CHEMINOTS, du 17 au 20 janvier, qui a réuni près de 900 personnes sur 4 jours ainsi que le 20ème Congrès de l’Orphelinat National des Chemins de Fer de France qui s’est déroulé du 22 au 24 mars et a, quant à lui, réuni plus de 300 personnes sur 3 jours.

Comment choisissez-vous le lieu pour vos congrès ?

« Tout d’abord c’est un choix géographique, on choisit une région, puis on prospecte différents Palais avec 3 points principaux : la structure, la restauration et l’hôtellerie. Ensuite on fait une sélection puis un choix en fonction de ces différents éléments. » nous rapporte Monsieur Latouche.

Pourquoi Saint-Malo ?

« Nous avons choisi Saint-Malo, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, la situation du Palais par rapport à la ville qui est un réel atout, à la fois au centre-ville, au bord de mer, proche des commerces et des hôtels. En règle générale, les lieux de congrès sont excentrés, loin de tout. Autre raison, l’accueil de l’équipe, nous avons été très bien accueilli. Pour finir, l’hôtellerie qui nous a permis d’avoir des tarifs compétitifs. » nous indique Monsieur Latouche.

Le Palais des Congrès de Saint-Malo a su répondre aux attentes et aux besoins de cet organisateur, « Le Grand Large est dimensionné à nos 3 congres, les espaces sont adaptés à nos besoins. De plus, nous avons toujours les mêmes interlocuteurs, disponibles et qui savent répondre à toutes nos problématiques, c’est un réel plus dans l’organisation de nos congrès. »

« C’est avec plaisir que nous recommanderons Le Grand Large à d’autres organisateurs, d’ailleurs, nous avons déjà commencé, notamment par rapport à la qualité de l’accueil, la qualité de l’infrastructure mais aussi l’accueil dans la ville, les restaurants, hôtels etc nous avons eu de très bon retours et souvenirs. » ajoute-t-il.

Et l’environnement autour du Palais qu’en avez-vous pensé ?

« Le site de Saint-Malo aide à la réussite du Congrès a une hauteur de 20% je dirais, notamment le fait d’être vue sur mer. Nous avons toujours des retours très positifs de la part des congressistes, les images ont marqué. Ici c’est vrai que les gens peuvent aller se balader et puis comme le soleil est toujours au rendez-vous c’est parfait, en janvier en mars… nous ne pouvons pas rêver mieux ! » s’amuse Monsieur Latouche.

« Cependant, pour nous le cadre, bien qu’il soit magnifique, n’est pas un élément de décision à proprement parlé mais au moment du retour c’est un réel point fort ! »

 

L’ACSES, Association des chargés de sécurité en établissement de soins, a pour but de regrouper et d’informer l’ensemble des professionnels concernés de près ou de loin par les obligations de sécurité dans les établissements de soins et médico-sociaux des réglementations en vigueur et de partager les solutions aux problèmes de toute nature liés à la sécurité.

Alain Secoué, Président National de cette association et Responsable Sécurité de l’établissement hospitalier de Chauny participe à l’organisation de ces journées depuis maintenant plusieurs années.
Nous l’avons interviewé à l’issue de son congrès.

Pourquoi Saint-Malo ?
« Il est important pour nous de se déplacer sur le territoire, c’est une association Nationale, nous avons des adhérents partout en France. » indique Mr Secoué. L’Association est née à Dunkerque il y a 24 ans, ces journées d’Etude ont su grandir au fur et à mesure, elles ont commencé par avoir lieu dans des établissements hospitaliers puis dans des Centres de Congrès.
La Bretagne n’avait pas encore accueilli ces Journées. Saint-Malo s’est imposée naturellement aux organisateurs pour son cadre exceptionnel.
La situation du Palais des Congrès au coeur de la ville et face à la mer est une vraie valeur ajoutée. « Quand on est dans les salles, on a l’impression d‘être sur la plage. Cela permet aux organisateurs et participants de joindre l’utile à l’agréable, c’est un véritable atout » ajoute Mr Secoué.
Cet événement ayant lieu depuis plus de 20 ans, les organisateurs ont pu noter qu’il y a un lien entre l’attractivité du lieu où se déroule le congrès et la participation plus ou moins importante à celui-ci.
« En règle générale, le nombre de participants reste relativement stable. Cependant, cette année nous avons eu 25 à 30 personnes de plus que l’an dernier, on peut mettre ça sur le plan de l’attrait touristique mais c’est sans doute aussi lié au programme. En effet, cette année celui-ci collait complétement à l’actualité et était essentiellement axé sur la sécurisation des établissements de soins, non seulement pour se prémunir contre le risque d’attentat mais aussi contre la malveillance. Pour cette édition, nous étions 260 avec les exposants. »

Et les critères de choix du lieu, quels étaient-ils ?

« Tout d’abord la dimension logistique : il nous fallait un lieu en capacité à accueillir notre événement. La situation et l’accès entrent aussi dans les critères de sélection. Enfin, le choix de la Bretagne où nous n’étions encore jamais allés. »
« Les participants venant de la France entière y compris d’Outre-Mer, il fallait un lieu qui soit accessible et Saint-Malo n’a posé aucun problème en ce sens, aucune difficulté n’a été rencontrée. » rajoute-il.
Les aspects logistiques, le cadre, la situation et l’accessibilité ont donc été de véritables critères de choix pour ce congrès, mais pas uniquement. En effet, la capacité à proposer différents lieux pour des excursions et activités annexes pour les accompagnants a également permis à Saint-Malo d’être choisi pour l’édition 2017.

Et cette édition qu’en retiendrez-vous ?

Le savoir-faire de l’équipe : « Rien à dire concernant l’équipe, nous avons été superbement accompagné ! Honnêtement j’ai rarement vu un accompagnement aussi précis, avec quelque chose
de très bien huilé, il y a toujours le personnel qu’il faut, là où il le faut. Nous avons pu faire des points sur l’organisation avant pour que tout soit bien calé, c’est un point fort. Je recommanderai avec plaisir le Palais, c’est hyper agréable, le centre de congrès est à taille humaine, organisation parfaite, les gens étaient tous émerveillés, c’est un centre à conseiller ! » s’enthousiasme Mr Secoué.

 

La 46ème Conférence Internationale CALPHAD a eu lieu la semaine dernière au Palais des Congrès de Saint-Malo, du 11 au 16 juin 2017.

Le Congrès Calphad rassemble la communauté des scientifiques intéressés par le calcul et la modélisation des diagrammes de phases. Les diagrammes de phases sont des représentations graphiques extrêmement utiles en chimie, science des matériaux et en métallurgie donnant l’état de la matière en fonction de la température, de la pression et de la composition. La technique Calphad permet de décrire mathématiquement ces diagrammes et, dans une certaine mesure, de les prédire pour des systèmes complexes comme par exemple des alliages d’une dizaine d’éléments chimiques différents.

Jean-Marc JOUBERT, Directeur de recherche CNRS (ICMPE, Institut de chimie et des matériaux Paris-Est) et président de cette édition française a accepté de répondre à quelques questions à la suite de son congrès.

Pourquoi avez-vous choisi Saint-Malo pour cette édition ?

« Je suis originaire de Saint-Malo, je savais que c’était un très bel endroit pour organiser un événement et que le Palais Des Congrès se prêtait parfaitement à l’organisation de cette conférence internationale. » nous indique Mr Joubert.

« Plusieurs lieux avaient été envisagés mais lorsque j’ai présenté Saint-Malo, il est vrai que la destination a tout de suite plu et je n’ai eu aucun mal à convaincre mes confrères d’organiser CALPHAD au Grand Large » ajoute-t-il.

Cette conférence internationale qui a lieu tous les ans, tourne sur tous les continents, la précédente édition s’est déroulée au Japon et les prochaines au Mexique, en Suède ou encore Singapour. « Les sites qui accueillent CALPHAD sont, en général, décidés 10 ans à l’avance » nous informe Mr Joubert.

Ce congrès attire des participants qui viennent de tous les pays du monde sur les 200 participants, 26 nationalités étaient représentées avec une forte participations des chinois qui étaient aussi nombreux que les Français.

« C’est une petite communauté dynamique qui, au niveau mondial, rassemble 300 à 400 personnes dont de nombreux étudiants, les gens se connaissent bien, certains viennent depuis plus de 20 ans. »

Cette année, Saint-Malo a donc été choisie pour de nombreuses raisons : « L’emplacement qui est vraiment magnifique, avec la vue sur mer, la situation à la fois dans la salle de restauration mais aussi la salle posters qui était de toute splendeur, l’amphithéâtre qui correspondait exactement à nos attentes tant en terme de capacité que de technologie. Dans un plus grand auditorium nous aurions perdu toute convivialité. Revers de la médaille, ce congrès ayant attiré plus de participants que les éditions précédentes, j’ai dû refuser du monde. Cette année, nous avons eu 80 présentations orales sur 5 jours, nous avons accepté 50% des demandes sur les 160 reçues et avons ramené à 15 minutes le temps de ces présentations qui sont habituellement de 20 minutes. » nous explique Mr Joubert.

Les participants étaient logés dans des hôtels Malouins, tous accessibles à pied du Palais, les étudiants qui bénéficiaient d’une bourse de la conférence étaient tous dans un seul et unique hôtel au cœur des remparts de la ville et ont beaucoup apprécié leur séjour. « En terme de commodité et d’accès tout s’est bien passé, nous avons juste regretté que la ligne LGV avec un temps de parcours Paris Saint-Malo en 2h15 ne soit opérationnelle qu’un mois après notre congrès. » constate Mr Joubert.

Et qu’avez-vous pensé de l’organisation au sein du Palais des Congrès ?

« L’équipe est très sympa, réactive à toutes nos demandes. Ça a très bien fonctionné au niveau technique, les présentations s’enchainaient, on ne pouvait pas perdre de temps entre chaque présentation, donc ça c’était très bien » conclut Mr Joubert.

 

Le congrès Génération Thorax s’est très bien passé, nous avons eu d’excellents retours de la part du comité d’organisation, des participants et des exposants.

Je tiens donc à vous remercier à nouveau pour la qualité de votre accompagnement tout au long de la préparation de l’événement ainsi que pour votre présence et votre implication lors de ces journées intenses.

Vous remercierez également toute vos équipes sur place  grâce à qui les projections se sont parfaitement déroulées.

C’était donc un plaisir et je me réjouis de cette collaboration qui a abouti à un congrès parfaitement réussi !

 

Madame CHALLIER, Agence COMM SANTE

Le congrès de maîtrise des risques et de sûreté de fonctionnement de retour à Saint-Malo !
C’est avec un très grand plaisir que l’Institut pour la Maîtrise des Risques (IMdR), « association savante », a tenu son 20ème congrès au Palais du Grand Large de Saint-Malo les 11, 12 & 13 octobre 2016 sur le thème « Maîtriser les risques dans un monde en mouvement ». Ce congrès était précédé par une journée de tutoriels (dans les mêmes locaux) le 10, et suivi par la visite de l’usine marémotrice de la Rance le 14 matin. Il était présidé par M. Philippe Cordat (Thales), le comité de programme ayant travaillé quant à lui sous la présidence de M. Emmanuel Lardeux (Air Liquide).
Les 500 congressistes, ingénieurs, chercheurs et universitaires ont particulièrement apprécié le cadre splendide qui offre, d’un côté une vue sur la rade et de l’autre sur la pleine mer. Habitués à se retrouver tous les deux ans pour ce congrès scientifique très dense (le plus important de France dans ce domaine par sa taille), ils ont pu bénéficier de tout le confort d’un Centre de congrès moderne et d’une équipe accueillante et professionnelle. Grâce à un soleil radieux, ils ont aussi pu jouir de la qualité de vie et de la gentillesse des Malouin(e)s, ponctuant les pourtant longues et studieuses journées par des visites de la ville et des remparts, une soirée conviviale dans le Quai St-Malo. La fréquentation, en soirée, des très nombreux restaurants intra-muros et sur le sillon a permis de poursuivre utilement les échanges établis entre membres de la communauté du risque la journée. Ceux qui ont été accueillis à l’Hôtel de ville ont eu le privilège de se voir raconter l’histoire très riche de la ville et de ses illustres enfants par le Maire en personne !
Ayant tenu un précédent congrès dans cette même ville en 1996, chacun espère ne pas avoir à attendre de nouveau 20 années pour revenir à Saint-Malo !

Jean-Pierre PETIT / Délégué général de l’IMdR