Anglais
Une question ? Besoin d'un devis ? Contactez-nous au 02 99 20 60 20 ou Demander un devis

Contactez-nous
au 02 99 20 60 20
ou par email

Le Grand Large en pleine déconstruction.

< Retour aux actualités

Ça avance vite !

Les travaux du Palais du Grand Large à Saint-Malo, commencés lundi 26 novembre, sont partis sur les chapeaux de roues. « Nous n’avions pas vraiment le choix étant donné le délai imposé. Pour mener un chantier sur un bâtiment de cette ampleur en dix mois, même si ce n’est que de la reconstruction, il faut que ça parte vite dès le début et que le rythme soit maintenu », reconnaît Erwan Maximi, le conducteur de travaux.

45 ouvriers en moyenne

 

L’entreprise brétilienne Cardinal Edifice a été missionnée pour coordonner le vaste chantier de rénovation du Palais. En moyenne, 45 ouvriers d’entreprise de démolition et désamiantage, plomberie, électricité, gros œuvre se relaient chaque jour pour installer le chantier et démolir avant de reconstruire. Dans les pièces, ça ne traîne pas et le résultat est déjà impressionnant.

 

Des pièces mises à nu

Dans la grande salle du Grand large, au premier étage, les ouvriers s’affairent à retirer la moquette et à déplafonner le bois. À côté, la rotonde Jacques-Cartier est complètement à nu. « Nous avons tout retiré du sol au plafond. Nous avons fait tomber l’habillage, les plaques de plâtre, la laine de verre, les luminaires… Seul le bar est resté. »

Idem dans la rotonde supérieure. « Dans celle-ci, nous allons retirer temporairement le plafond pour construire la nouvelle rotonde sur le toit. La pièce sera ouverte aux quatre vents pendant une courte période avant de refaire un sol en béton. »

Changement de visage

 

En une semaine, la métamorphose est flagrante. A l’image du retrait du auvent, sur la façade principale, qui change déjà complètement la physionomie des lieux. « Nous avons déjà évacué dix bennes de déchets, entièrement triés », comptabilise Erwan Maximi.

Mais tout cela n’est rien comparé à ce qui attend les ouvriers. La semaine prochaine, une grue avec une flèche de 65 mètres va s’installer pour évacuer les très gros gravats. Par exemple, ceux de l’escalier monumental, situé dans la partie nord-est du bâtiment, qui va être entièrement démoli. Pour la suite, les ouvriers vont procéder par « zones ». Dans certaines, il n’y aura besoin que d’un coup de propre. Mais dans d’autres, démolition et construction vont s’enchaîner dans un timing très millimétré.

 

« Un gros bébé »

 

« Depuis six mois, nous préparons ce chantier pour déterminer l’ordre dans lequel les entreprises vont intervenir. Pour respecter le délai, tout est question d’organisation et de préparation avec les sous-traitants », explique Marc-Antoine Durocher, chef de groupe de ce chantier.

Malgré la rigueur imposée, l’enjeu de ce projet amène une effervescence inhabituelle sur un chantier. « C’est un gros bébé, qualifie le conducteur de travaux. Alors on sent une euphorie, une bonne ambiance. Chacun a envie d’apporter son expertise et est force de proposition. »

Chacun œuvre surtout dans le même sens : livrer un Palais du Grand Large tout beau, tout propre pour le 10 septembre 2019.

Source et photos : Ouest France